BONNE FÊTE AMIS SOURDS !

Happy World Deaf Day !

#CesGensBien
#VisMaVieHandipreneuse

Nous y voilà, c’est la journée mondiale des sourds aujourd’hui et je suis très fière d’honorer ce blog à l’occasion de ce jour si spécial pour moi !
Et oui, je suis sourde aussi ! Certains le savent, d’autres s’en doutent et d’autres encore ne l’imaginaient même pas.
Je suis née malentendante. La surdité totale m’accompagne depuis 2001. Durant ces 8 années de silence, j’ai trouvé « ma moitié » et nous avons eu notre première fille, puis notre deuxième… Je me suis arrêté à 3, ça prend déjà pas mal de temps.

8 années de silence ? Mais t’as fait comment ?

Delphine, pas encore en âge de tenir son biberon

Je n’ai jamais parlé en langue des signes, ni même avec le LPC. La lecture labiale et la communication orale était mon unique bagage, mon unique connexion sur le monde. J’aurai pu l’apprendre, oui, certes. Mais ça ne s’est pas fait, tout simplement.
La lecture labiale s’est développée naturellement durant l’enfance, où je suis devenue malentendante progressivement. A 11 ans, j’ai fait mon entrée dans un collège sans copine (toutes dans le collège public et moi, paumée dans le privée) et on venait de me déclarer officiellement malentendante !

 

L’adolescence dans toute sa splendeur

J’ai eu mes premiers appareils auditifs à 15 ans. Le genre d’objet pas très sexy pour une ado ! Les gros « trucs beige » dont je me serai bien passée mais voilà, j’avais déjà une surdité sévère. Comme le choix, on l’a toujours, j’avais fait le mien : ne pas les mettre et continuer de me débrouiller comme je l’avais fait depuis tant d’années.

Ma vie sans LSF

1995, les débuts de l’informatique à la maison mais toujours pas la magie du Web. Le manque d’informations sur le champ des possibles en tant que sourds se fait cruellement sentir… J’étais la seule sourde de la famille, du collège et du lycée, du village, du département… Du moins c’était ce que je croyais. Bref, je passe vite fait la période de ma vie poignante et pleine d’intrigues pour aller directement vers ce qui a changé toute ma vie et mon rapport à la vie.

Ma vie à deux oreilles (implants cochléaires @Cochlear)

L’implant cochléaire : mon ouverture sur le monde et l’ambition d’entendre !

Parce que oui, réentendre et comprendre est une sacrée ambition. Depuis mes 17 ans, je ne téléphone plus et je fais « comme si » j’avais tout entendu et compris. Je dois être une sacrée comédienne quand même ! Un jour je me tâterai à la comédie !
J’ai pu bénéficier de l’implant cochléaire en janvier 2009 sur l’oreille droite (la plus problématique médicalement). En mars, je reprenais le travail… Avec un téléphone dans ma poche de blouse d’aide-soignante ! Je me suis débrouillée comme j’ai pu et j’ai fait ma rééducation comme ça, sans orthophoniste (3 séances, après j’avais plus le temps).
Réentendre, c’est relativement simple (et encore). Mais re-comprendre est une toute autre affaire. J’ai enchaîné les jeux électroniques pour enfants, la radio tous les matins (que je garde encore), j’ai viré les sous-titres de ma télé d’office et j’ai continué de faire « comme si » j’entendais comme le commun des mortels. Et ça m’a réussi !

Repousser ses limites

Il a fallu que je me défie tous les jours, que je sorte ce que j’avais dans mes tripes pour comprendre le monde qui m’entoure.
En réalité, je ne cautionne pas que ma surdité m’empêche de faire quoi que ce soit. Aussi difficile que la bataille puisse être, si je lâche l’affaire, je donne raison à tous ceux qui se répètent en disant que je ne suis « pas capable de » parce que je suis sourde.
J’accepte d’être écartée de la discussion pour me reposer quelques instants. Ça me permet d’être dans le visuel, l’observation du paralangage et c’est très instructif !
Plus qu’une insertion sociale, l’implant cochléaire et mon acharnement à toujours faire « comme si » pour tenter l’impossible m’a redonné la part de moi-même que je n’avais pas eu en devenant une adulte sourde. Avec l’implant cochléaire, je pense enfin à travers moi-même et non plus à travers les autres. J’émets mon propre avis sur la question que j’ai interprété à ma façon. Ça m’a valu des ennuis d’ailleurs mais la sagesse et la réflexion ont pris le dessus.

 

Happy world Deaf Day !

Ce premier post de blog pour vous faire entrer dans ma vie de sourde-entendante. Et comme c’est la journée mondiale des sourds, je vous laisse avec un gros « love » en langue des signes, langue que j’ai appris à aimer et qui me tient à cœur qu’elle soit enseignée à l’école : Je vous aime, j’aime la vie et j’aime transmettre cette joie aux gens que je rencontre.

Toi aussi mets du « love » dans ta vie ^^

Et vous, qu’est-ce qui vous fait repousser vos limites ?

 

Share this post

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.